Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #foot tag

QUAND janot se fait allumer !

Publié le par chrisdups.over-blog.com

Voir les commentaires

foot: la france à vaincu ses raymonds

Publié le par chrisdups.over-blog.com

une video du but de gourcuff  trés trés originale ,avec payet qui fait un festival, pour donner un ballon en or à  gourcuff  !!! que du bonheur

 

 

 

Voir les commentaires

les verts ne lachent rien !!!

Publié le par chrisdups.over-blog.com

Compte-rendu

ASSE 1-1 OM : Les Verts ne lâchent rien

Au cours d’un match de haut niveau dans un Chaudron bouillant, Stéphanois et Marseillais se sont rendu coups pour coups. Menés au score, les Verts ont logiquement égalisé par Laurent Batlles au bout d’une action de grande classe. Face au champion en titre, l'ASSE a tenu le choc et poursuit sur sa lancée
 

Voir les commentaires

quel coup franc !!

Publié le par chrisdups.over-blog.com

Voir les commentaires

une chanson "allez les verts"

Publié le par chrisdups.over-blog.com

La chanson de l'année j'espère !!!!!!!!!!!!!!!!!

Voir les commentaires

évidemment c'est les verts!!!!!!!!!!!!!!!!

Publié le par chrisdups.over-blog.com

Voir les commentaires

Vert de bonheur !!!!!!!!!!!!!!!

Publié le par chrisdups.over-blog.com

Ce soir les verts ,peuvent tremper leurs pieds dans un bénitier, PAYET DIMITRI est l'homme du match,il sauve,deux, balles sur sa ligne marque un coup franc, bref les verts sont au sommet yahouuuuuuu 30 ans que j'attends cela. 


25/09/2010
Ligue 1
Actualité

OL 0–1 ASSE: Ces Verts-là aussi dans la légende

Grâce à une merveille de coup franc de Dimitri Payet, le 100e derby est stéphanois. A grand coup de courage et de réussite, les Verts de Christophe Galtier ont accompli l’un des plus retentissants exploits en gagnant à Gerland, seize ans après le dernier succès stéphanois dans le derby. Quel bonheur !

Le moment tant attendu était enfin arrivé. L’Histoire était en marche. Depuis une semaine, toutes les caméras et tous les objectifs étaient braqués sur la 100e édition du seul vrai derby en France. A cette portée historique s’associait une concurrence et une rivalité plus exacerbées que jamais. Galvanisés par un début de championnat tonitruant, les Verts de Christophe Galtier, leaders, certes, anecdotiques, allaient-ils vaincre le signe indien et reprendre le flambeau, seize ans après le dernier succès stéphanois emmené par Laurent Blanc. En face, l’OL et Claude Puel jouaient gros. Mais, attention à la bête blessée qui avaient les atouts individuels – Toulalan, Lloris, Gourcuff, Bastos, Gomis, Diakhaté – pour anéantir les espoirs stéphanois ! Pour contrecarrer ce grand d’Europe, l’ASSE devait garder sa bonne recette : une solidité défensive combinée à un jeu généreux et ambitieux. 

Gomis sur le poteau 

Après un coup d’envoi donné par Aimé Jacquet, bourreau des lyonnais en 1969 et 1970, la première préoccupation stéphanoise de la soirée était, d’entrée, de résister à la pression lyonnaise. La débauche d’énergie était énorme. Les duels étaient fréquents et âpres. Les Stéphanois étaient bien là. Ils prenaient les premières initiatives. Un déboulé de Sako ne fut pas loin de profiter à Rivière, repris de justesse par Lovren (3e). 

Lyon pousse fort 

En face, Lyon misait sur un gros impact physique. Dans ce registre, Gomis était un poison. Sur un long centre de Cissokho, il expédia un coup de tête sur le poteau droit de Janot (11e). Le gardien stéphanois vit encore s’envoler un missile de Briand (17e). Lyon poussait fort. Payet joua le pompier de service en écartant sur sa ligne un coup de tête de Toulalan (23e). Les Verts souffraient encore quand Gourcuff enchaina une série de dribbles et un tir trop écrasé (24e). Trois minutes plus tard, Janot fut encore décisif pour repousser une frappe de Bastos. 

Dans le dernier quart d’heure, les Verts se donnaient un peu d’air. Payet s’essaya à un tir lointain maitrisé par Lloris (35e). Ensuite, Sako, dans une position excentrée, préféra frapper fort que centrer (39e). L’ASSE avait atteint son premier objectif : ne pas encaisser de but en première mi-temps. 


Toulalan sur le poteau, Briand sur la transversale 

Au retour des vestiaires, le match repartait sur les mêmes bases élevées. Gourcuff fut contré par un retour décisif de Marchal (51e). L’ASSE répliqua par une remise de Bocanegra qui entraîna un instant de panique dans la surface de réparation lyonnaise. Très vite, le danger revenait sur la défense stéphanoise qui, à grand coup de courage, tenait toujours bon. Mis KO par un coup franc de Bastos, Batlles s’était encore sacrifié. Les Stéphanois pliaient mais ne rompaient pas. Une frappe de Toulalan s’écrasa sur le poteau (62e). Puis, ce fut au tour de Briand de toucher du bois, en frappant la transversale d’un joli coup de tête (63e). 

Payet en état de grâce 

Les Verts étaient encore vivants. Pour débloquer une situation compliquée, ils pouvaient compter sur un génie. D’un coup franc lointain, Payet exécuta une merveille de coup franc dans la lucarne de Lloris qui finit sa course dans les filets lyonnais. Le kop stéphanois était aux anges (75 e). Il restait un quart d’heure à tenir. Monsoreau devança justement Gomis (78e). Ensuite, Perrin se jeta pour contrer une frappe de Gourcuff. Touché par la grâce, Payet sauva encore les siens en dégageant sur sa ligne une reprise de Briand (82e). 

Les Verts continuaient de se jeter sur tous les ballons. Poussée dans leur dernier retranchements, l’ASSE ne lâchait rien. Kallstrom n’attrapa pas le cadre, tout comme Rivière qui manqua, d'un rien, la balle de break. Les dernières minutes étaient interminables, stressantes jusqu’au bout. Mais, quel bonheur ! Incroyable ! HISTORIQUE

Voir les commentaires

les verts au top !!

Publié le par chrisdups.over-blog.com

ASSE 2–0 Nice : Ça, c’est fait !

D’une redoutable efficacité offensive grâce à des buts de Christophe Landrin et Gonzalo Bergessio, les Verts n’ont eu besoin que d’une mi-temps pour venir à bout de Niçois volontaires. L’ASSE se qualifie pour les 8e de finale de la Coupe de la Ligue ! Place désormais au derby !

A trois jours d’un derby qui focalisaient toutes les attentions médiatiques, les Verts avaient un bon coup à jouer en Coupe de la Ligue. Pour leur entrée en lice dans cette compétition, ils avaient hérité d’un tirage assez favorable en accueillant Nice. Mais, dans une compétition à élimination directe, toute démobilisation était interdite. Privé de plusieurs cadres – Perrin, Monsoreau et Payet – , Christophe Galtier avait remodelé son équipe en lui impulsant un coup de jeune avec Guilavogui et la première titularisation du néo-pro, Nery. Il avait également fait confiance à Bergessio à la pointe de l’attaque. En face, Nice n’avait rien à perdre et l’occasion d’effacer sa lourde défaite subie à Sochaux, samedi dernier.
 
Landrin de volée
 
D’entrée, entre deux équipes enclines à l’offensive, l’entame de match était rythmée. Promu capitaine, Landrin alluma la première mèche d’une frappe puissante mais imprécise (4e). Nice répliqua par un coup de tête de Bamogo, à côté (8e) et un coup franc direct de Ben Saada dans les gants de Janot. Comme ils en ont pris la bonne habitude, les Stéphanois trouvaient vite la faille. Sur une belle récupération de Batlles, Bergessio accéléra avant de centrer long pour Landrin qui exécuta une volée parfaite dans les filets azuréen (14e).
 
 
Les Verts se relâchent
 
Alors qu’ils auraient dû être galvanisés par ce scénario idéal, les Verts se relâchaient un peu trop. Bagayoko profita d’un mauvais renvoi défensif mais frappa trop mollement. Fae força le passage mais Janot fut vigilant (26e). Le gardien stéphanois bloqua encore une tête de Civelli (28e) et détourna un missile de Traoré (29e).
 
 
Bergessio fait le break
 
L’ASSE ne voulait pas subir. Elle fit encore parler sa redoutable efficacité offensive. Après une première tentative de Guilavogui captée par Ospina (36e), Bergessio reprit victorieusement une véritable offrande de Sako (38e). Le break était fait !
 
La parade de Janot
 
Au retour des vestiaires, Nice joua son va-tout. Un coup de tête à bout portant de Diakité fut détourné par une belle parade de Janot (52e). Les Verts repartaient à l’attaque. Bergessio fut repris de justesse (58e). Le rythme avait baissé de plusieurs niveaux.
 
Les Verts prennent un coup de jeune
 
Parmi les attractions de cette seconde mi-temps, NDaw fit son grand retour à la compétition tandis qu’Idriss Saadi entra en jeu dans le dernier quart d’heure. Sans être géniaux, les Verts géraient leur avance. L’équipe stéphanoise prit encore un coup de jeune avec les premiers pas en pros de Ghoulam. Sans trembler, l’ASSE se qualifie pour les 8e de finale.
 
 
Le tirage au sort des huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue aura lieu le mardi 28 septembre à 12h00
 
16e de finale de la Coupe de la Ligue
ASSE – NICE
Score à la mi-temps : 2-0
Au stade Geoffroy-Guichard, 13468 spectateurs
Arbitre : M. Moreira
Buts : Landrin (14e), Bergessio (38e) pour l’ASSE
ASSE : Janot, Ebondo, Marchal, Sall, Nery, Batlles (puis NDaw 70e), Guilavogui, Landrin, Sako (puis Saadi 78e), Bergessio (puis Ghoulam 82e). Entr : Galtier
Nice : Ospina, Gace, Civelli, Diakité, Mabiala, Fae, Traoré (puis Mouloungui 66e), Sablé (cap), Bagayoko, Ben Saada (puis Pote 82e), Bamogo (puis Ljuboja 66e). Entr : Roy

 
 
ImprimerEnvoyer à un amiAcheter

Voir les commentaires

laurent blanc dans les vestiaires

Publié le par chrisdups.over-blog.com

Voir les commentaires

renversant

Publié le par chrisdups.over-blog.com

3riviere.jpg

3riviere.jpg

Voir les commentaires